Blog ENI : Toute la veille numérique !
-25€ dès 75€ sur les livres en ligne, vidéos... avec le code FUSEE25. J'en profite !
Accès illimité 24h/24 à tous nos livres & vidéos ! 
Découvrez la Bibliothèque Numérique ENI. Cliquez ici
  1. Livres et vidéos
  2. Réseaux informatiques
  3. Transmission des données couche Physique
Extrait - Réseaux informatiques Notions fondamentales (9e édition) - (Protocoles, Architectures, Réseaux sans fil...)
Extraits du livre
Réseaux informatiques Notions fondamentales (9e édition) - (Protocoles, Architectures, Réseaux sans fil...)
11 avis
Revenir à la page d'achat du livre

Transmission des données couche Physique

Rôle d’une interface réseau

Dans un premier temps, nous allons examiner les paramètres qui permettent de configurer les périphériques d’un PC et plus particulièrement une carte réseau. 

1. Principes

L’interface réseau fait office d’intermédiaire entre l’ordinateur et le support de transmission. Elle peut être un simple composant soudé à la carte mère ou bien une carte réseau (NIC - Network Interface Card) à part entière. Dans ce dernier cas, elle est installée dans un connecteur d’extension (slot). Son rôle est de préparer les données à transmettre avant de les envoyer et d’interpréter celles reçues. Pour cela, elle contient un émetteur-récepteur.

Le lien entre la carte et le système d’exploitation réseau est assuré par le pilote (driver) périphérique. Ce composant logiciel correspond à la couche Liaison de données du modèle OSI.

2. Préparation des données

La couche physique met en forme les données (bits) à transmettre sous forme de signaux. Les échanges entre l’ordinateur et la carte s’effectuent via le bus de la machine en parallèle. La carte réseau va donc sérialiser les informations avant de transmettre les signaux sur le support physique.

images/03RI01.PNG

Options et paramètres de configuration

Tout point d’entrée/sortie sur un réseau doit être identifié afin que la trame soit reçue (acceptée) par le bon périphérique. Une carte réseau ou un port série doivent avoir un numéro qui doit permettre de les repérer au plus bas niveau (du modèle OSI).

1. Adresse physique

Sur un réseau local de type Ethernet (le plus courant, que nous aborderons plus tard), c’est une adresse physique sur six octets, qui permet d’identifier l’interface réseau. Les trois premiers octets de cette adresse sont attribués par l’IEEE pour identifier le constructeur du matériel (ex. 00AA00 pour le constructeur Intel et 00A024 pour 3Com). Les trois octets restants sont laissés à la disposition du constructeur, qui doit faire en sorte de vendre des cartes, de telle manière qu’aucune n’ait la même adresse physique, sur le même réseau de niveau 2.

Une adresse MAC va soit identifier une carte réseau unique (I=0), soit être associée à un ensemble de cartes (G=1). Cette adresse pourra être unique globalement (U=0) ou simplement unique sur un périmètre limité (L=1).

images/MC3EC02.png

Théoriquement, rien n’empêche le système d’exploitation réseau de travailler avec des adresses physiques différentes de celles du constructeur. Par exemple, sous Windows, en accédant aux propriétés de la carte réseau, il est possible d’imposer une nouvelle adresse physique différente de celle proposée par défaut. Il suffit alors de valider, et la nouvelle adresse MAC devient effective immédiatement !

images/im3-01.png

Affichage des propriétés avancées d’une carte réseau sous Windows

La commande ipconfig /all...

Amorçage à partir du réseau

1. Principes

Dans certaines entreprises, le système d’exploitation réseau, au niveau des stations de travail, est chargé lors du démarrage du poste à partir d’un programme écrit en mémoire morte (PROM - Programmable Read Only Memory). Ceci supprime l’obligation pour les stations d’avoir des mémoires de masse locales (disques durs) ; on utilisera alors une configuration de type Client Ultra-léger ou Zero Client.

images/03RI05N2.png

Client Ultra-léger (Zero Client) - Axel

Au contraire, les clients légers disposeront de stockage local (cf. chapitre Présentation des concepts réseau).

Cette solution garantit qu’aucun échange d’informations n’a lieu à partir des postes de travail. On assure ainsi une plus grande confidentialité des données de l’entreprise, tout en évitant l’introduction de virus.

Le matériel utilisé dispose d’une carte réseau qui va démarrer directement sur le réseau. Au démarrage, la carte, qui connaît sa propre adresse physique, envoie une diffusion (une trame adressée à tout le monde) qui est reconnue par un serveur. Le serveur sait alors quelle configuration de système d’exploitation réseau il doit associer à cette adresse.

2. Protocoles

Différents protocoles ont facilité la possibilité d’amorçage à partir du réseau.

a. La liaison entre adresses physique et logique

Le protocole Address Resolution Protocol (ARP) résout l’adresse logique IPv4 de niveau 3 en adresse logique MAC de niveau 2.

Son inverse, Reverse Address Resolution Protocol (RARP) permet, en utilisant l’adresse physique, de déterminer l’adresse logique. Ainsi, lors de son initialisation (bootstrap)...

Codage des données

On parle de données lorsqu’il s’agit de préciser l’information brute que l’on veut échanger.

Cependant, ces données doivent utiliser un ou plusieurs canaux de communication pour parvenir aux destinataires. Par exemple, la voix humaine peut transiter par les airs ou transiter par le réseau téléphonique commuté après avoir été numérisée.

On définit ensuite, comme signal, une information qui transite sur un canal de communication. Le passage de l’un à l’autre comporte souvent des étapes de transformation.

1. Types de données et signaux

On distingue les données numériques des données analogiques. De même, on parle de signal numérique lorsque sa représentation comporte un nombre fini d’états (ex. tensions carrées de largeur 20 ms). Un signal analogique est représenté par une onde sinusoïdale qui peut prendre une infinité de valeurs.

a. Le signal analogique

Il suffit de jeter une pierre dans l’eau pour constater qu’une onde omnidirectionnelle se propage sous forme d’une sinusoïde. Les sons transitent en suivant les mêmes principes, mais en opérant sur des variations de pressions dans l’air.

Ce type de signal est donc facilement reproductible y compris sur des supports limités (palpables, par exemple des câbles).

Une onde est donc un signal analogique périodique. Sa première caractéristique est la fréquence, d’unité le Hertz (Hz), représentant le nombre d’oscillations par seconde.

La période qualifie la durée d’une oscillation complète, en secondes. Il s’agit de l’inverse de la fréquence. On peut également calculer la longueur d’onde, distance parcourue...

Conversion des signaux

1. Définitions

Le niveau physique traite des signaux émis entre deux points. D’un côté, un équipement utilisateur appelé Équipement Terminal de Traitement des Données (ETTD), en anglais Data Terminal Equipment (DTE), et de l’autre, un nœud du réseau, l’Équipement Terminal de Circuit de Données (ETCD), en anglais Data Communications Equipment (DCE).

images/03RI06New.png

Équipements terminaux et intermédiaires

Un ETTD peut être un ordinateur ou un routeur, tandis qu’un ETCD peut être un modem, un commutateur ou un multiplexeur.

images/MC3EC17.png

Équipements terminaux et intermédiaires

2. Modem

images/03RI06N2.png

TP-Link Modem Routeur ADSL2+ Wi-Fi FastEthernet

L’objet du modem est de MOduler et de DEModuler, c’est-à-dire de coder des données numériques en signaux analogiques pour leur faire parcourir des distances assez importantes.

images/MC3EC19.png

Modem et ETTD

Il est possible d’utiliser un modem pour partager un canal (dans le cas de signaux analogiques), en utilisant des porteuses avec des fréquences différentes.

Sur des distances courtes, par exemple dans un bureau, le modem n’est pas nécessaire. Des signaux numériques peuvent être utilisés (ex. RS232-C).

La plupart du temps, le modem est utilisé pour établir une connexion point à point, entre deux sites distants via le réseau téléphonique.

3. Codec

L’objet du codec, COdeur DECodeur, est de coder un signal analogique (représentant des données analogiques) en un signal numérique. Son rôle consiste, en fait, à échantillonner un signal, c’est-à-dire à le numériser. Toute bonne carte son intègre un codec.

images/MC3EC20.png

Signal brut

Après numérisation :

images/MC3EC21.png

Numérisation du signal

Signal numérisé...

Supports de transmission

Un support de transmission transporte des données sous forme de signaux, entre les interfaces réseau.

Il existe différents types de supports qui sont fonction du prix, de la simplicité d’installation, de la vitesse et de la résistance aux interférences.

On distingue les supports limités des supports non limités.

1. Supports limités

Ce sont des supports palpables, tels que des fils ou des câbles qui conduisent l’électricité ou la lumière.

Les principaux supports limités sont la paire torsadée, le câble coaxial et la fibre optique.

a. La paire torsadée

Une paire torsadée dans sa forme la plus simple est constituée de deux brins torsadés en cuivre, protégés chacun par une enveloppe isolante. Il existe plusieurs types de paires torsadées : la paire torsadée non blindée Unshielded Twisted Pair (UTP) et la paire blindée Shielded Twisted Pair (STP) constituent les plus répandues.

La paire torsadée blindée (STP) ajoute pour chaque paire une protection par paire.

Il existe également un type de paires FTP (Foiled Twisted Pair), qui apporte une protection au moyen d’un feuillard en aluminium entourant les quatre paires.

On pourra également trouver une combinaison des deux précédents qui sera nommée S/FTP ou Shielded/Foiled Twisted Pair.

Finalement, un autre type de protection sera constitué d’un double feuillard, par paire, et global. On parlera de F/FTP.

Le nombre de paires par câble varie. La torsion des fils diminue les interférences électriques, provenant des paires adjacentes et de l’environnement extérieur.

Paire torsadée non blindée

Il s’agit du type de paire torsadée le plus utilisé dans les réseaux locaux....